Blog de l'association "Les Chemins Creux" de Mûrs-Erigné

Nos marches

ANGERS-AVRILLE, le 10 novembre 2017

Classé Monument Historique depuis 1983, le château de la Perrière est un très bel édifice datant du XVIIème siècle, actuellement propriété de la ville d’Avrillé mais dont la vente prochaine à un milliardaire américain suscite quelques polémiques. Quoi qu’il en soit, le maire d’Avrillé assure que la grande allée du parc qui longe le golf, dite « allée royale », restera ouverte au public, de quoi satisfaire tous les amoureux de ce site magnifique que nombre de nos marcheurs ont découvert ce vendredi lors de leur sortie hebdomadaire.

Partis du parking du bac de l’île Saint-Aubin, ces derniers, du moins ceux des moyenne et grande boucles, ont en effet cheminé sur des parcours qui les ont conduits des bords de la Mayenne au golf et au château de la Perrière, puis aux abords du parc Terra Botanica et sur le tracé de l’ancienne voie ferrée Angers-Segré. Malgré un ciel très couvert mais sans véritable pluie, ils ont apprécié avec un grand bonheur ce nouvel itinéraire, inconnu pour la plupart d’entre eux, et offrant de nombreux passages très pittoresques, enluminés des couleurs de l’automne.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

A lire différents articles sur le château de la Perrière et la « Boucle verte »

Vente du château de la Perrière  (Ouest-France du 12 septembre 2017)

Le château de la Perrière, futur joyau américain?  (Ouest-France du 31 octobre 2017)

L’histoire du château de la Perrière

La Boucle verte d’Avrillé

 

 


JUIGNE SUR LOIRE, le 20 octobre 2017

Mariée depuis le 15 décembre 2016 à sa voisine Saint-Jean des Mauvrets, Juigné sur Loire forme avec cette dernière la nouvelle commune de Garennes sur Loire. Avant de partager leur avenir, les deux anciennes communes partageaient déjà le parc des Garennes, une ancienne carrière d’ardoises qui s’étend sur 26 hectares et dont les pierres ont servi, entre autres, à l’édification du château d’Angers et à la reconstruction de Londres après le grand incendie de 1666.

C’est donc tout naturellement aux abords de ce vaste espace boisé que se sont retrouvés nos marcheurs ce vendredi pour entamer leurs parcours. Arpentant sentiers, chemins et petites routes, ils ont ainsi pu profiter du charme du paysage avec ses eaux dormantes ou vives, ses vieux arbres et ses vignes, s’intéresser à l’histoire de l’ancienne voie ferrée qui autrefois desservait la commune ou s’émerveiller devant les jolis murs en pierres de schiste qui donnent à l’ensemble du village un cachet tout particulier.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Le parc des Garennes


LE MANS, le 13 octobre 2017

C’est dans un épais brouillard que nos marcheurs ont effectué, ce vendredi, leur trajet vers Le Mans, à l’occasion de leur traditionnelle sortie automnale. Il n’y avait cependant pas de quoi s’inquiéter, car la météo était plutôt optimiste et en effet, à la fin de la matinée, le ciel s’était largement éclairci pour laisser place dans l’après-midi à un soleil radieux.

Les 90 participants ont ainsi pu découvrir ou revisiter le splendide domaine de l’Arche de la Nature, situé aux portes du Mans et à proximité de l’Abbaye Royale de l’Epau. Ce vaste espace boisé est un terrain idéal pour de belles randonnées et l’atmosphère cotonneuse qui enveloppait ce jour-là feuillus et conifères ajoutait même au charme des lieux. Avec sa maison de la Prairie, le domaine offre de plus aux promeneurs l’opportunité de visiter un jardin potager pédagogique et une ferme d’animaux de races rustiques, de quoi raviver pour certains quelques souvenirs de jeunesse.

Puis ce fut l’heure de repartir en car pour rejoindre une salle communale de la banlieue mancelle afin d’y prendre l’apéritif offert par l’association et de refaire ses forces avec le pique-nique que chacun avait pris soin d’emporter avec lui. Le tout baigné dans une ambiance joyeuse et amicale, comme c’est l’habitude aux Chemins Creux

L’après-midi fut consacré à la culture et à la découverte du patrimoine du Mans dont la ville s’enorgueillit désormais avec sa fameuse Cité Plantagenêt. Conduits par des guides-conférenciers sympathiques et passionnants, nos marcheurs ont déambulé dans les ruelles pavées du « Vieux-Mans » pour y admirer ses maisons à pans de bois, ses hôtels Renaissance et son ancienne muraille romaine, l’ensemble étant couronné par la cathédrale Saint-Julien, remarquable joyau architectural mi-roman, mi-gothique.

En conclusion, la journée fut des plus excellentes et nos randonneurs sont rentrés avec le souvenir d’une sortie fort agréable qu’ils espèrent certainement renouveler de nombreuses fois encore.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Pour agrandir l’image sur votre écran d’ordinateur, faire un clic droit sur la photo puis un clic gauche sur « Afficher l’image ».

Pour compléter votre voyage, consulter les pages suivantes:

L’Arche de la Nature

La Cité Plantagenêt

 

 


CHEMILLE, le 6 octobre 2017

Créée en 1954 pour approvisionner en eau la ville de Chemillé, la réserve de Coulvée retenue par un barrage sur l’Hyrôme, n’a plus sa fonction d’origine mais est aujourd’hui un magnifique étang autour duquel se sont installés une base de loisirs et un camping.

C’est ce lieu pittoresque qu’ont choisi nos marcheurs cette semaine pour débuter leur circuit hebdomadaire. Profitant d’une météo agréable, ils ont pu apprécier le charme de la coulée verte de l’Hyrôme qui traverse discrètement la ville ou humer l’air embaumé de la  campagne dont certaines parcelles sont, comme on le sait, dédiées à la culture des plantes médicinales et aromatiques telles que la camomille.

Devenue capitale des plantes médicinales en Europe, Chemillé possède depuis 2008 un jardin botanique singulier, le Jardin Camifolia, qui propose aux visiteurs de découvrir plus de 550 espèces aux senteurs et aux saveurs les plus exaltantes et aux propriétés les plus diverses. Chaque été, s’y déroule une animation spéciale et insolite, la fête de la camomille, afin de transmettre au public les savoirs et le patrimoine végétal. Une journée à ne pas manquer.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Pour agrandir l’image sur votre écran d’ordinateur, faire un clic droit sur la photo puis un clic gauche sur « Afficher l’image ».

Des infos supplémentaires à découvrir dans les pages suivantes:

La fête de la camomille

Camifolia

Office du tourisme de Chemillé

L’histoire et le patrimoine de Chemillé


CHAMP SUR LAYON, le 29 septembre 2017

Désormais intégré à la nouvelle commune de Bellevigne sur Layon qui regroupe également Thouarcé, Rablay, Faveraye-Mâchelles et Faye d’Anjou, le village de Champ sur Layon n’en est pas à son premier mariage avec Thouarcé puisque depuis 1791, année de son instauration comme commune indépendante, il a été plusieurs fois rattaché et détaché de sa puissante voisine (d’ailleurs un temps appelé Thouarcé-Le Champ). Après avoir subi un important exode rural dans les années soixante et soixante-dix, Champ sur Layon frôle maintenant les mille habitants.

Bordé au nord par le Layon, son territoire est en grande partie voué à la viticulture comme ont pu s’en rendre compte nos vaillants marcheurs qui, ce vendredi, arpentaient ses chemins. Outre les immenses champs de vignes, ils ont aussi admiré la vue sur les coteaux du Layon et çà et là, quelques vallons boisés comme ceux entourant le ruisseau de la Dreuille. D’autres lieux pittoresques jalonnaient les parcours comme l’étang Saint-Charles qui accueille cocktails et banquets ou le parc du Grand Pineau avec son château et sa chapelle reconstruits au XIXème.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Pour agrandir l’image sur votre écran d’ordinateur,  faire un clic droit sur la photo puis un clic gauche sur « Afficher l’image ».

Pour en savoir plus sur Champ sur Layon, quelques pages à consulter:

Un peu d’histoire de Champ sur Layon

Champ sur Layon (Wikipedia)

Château du Pineau (Wikipedia)


GREZ-NEUVILLE, le 22 septembre 2017

Niché sur les bords de la Mayenne, Grez-Neuville est un charmant village d’environ 1500 âmes. Comme l’indique son nom composé, il est formé de deux bourgs, situés de part et d’autre du fleuve, qui, même sous l’Ancien Régime, ont toujours formé une seule paroisse (contrairement à Mûrs-Erigné avec autrefois ses deux paroisses distinctes, Mûrs et Erigné).

Ce vendredi, nos marcheurs se sont déplacés vers cette splendide commune, classée « Village de Charme », pour profiter de la douceur de sa rivière et contempler la beauté de ses paysages. Le haras du Lion d’Angers tout proche, l’écluse sur la Mayenne, l’ancien moulin face au plan d’eau sont autant d’attraits qui n’ont pas manqué de susciter l’admiration de nos infatigables randonneurs. Bref, le lieu, illuminé par un soleil radieux et baigné d’air doux, méritait bien tous les kilomètres parcourus pour l’atteindre.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Pour agrandir l’image sur votre écran d’ordinateur, faire un clic droit sur la photo puis un clic gauche sur « Afficher l’image ».

Quelques mots supplémentaires sur Grez-Neuville en ouvrant la page suivante:

Grez-Neuville, village de charme


DENEE, le 15 septembre 2017

C’est dans la commune voisine de Denée que se sont donné rendez-vous nos marcheurs pour leur première randonnée de la saison 2017-2018. Vêtements de pluie et parapluies ont été nécessaires pour se garantir contre un ciel plutôt menaçant mais la joie des retrouvailles a effacé toutes les gouttes.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Pour en savoir plus sur Denée, cliquer sur cette page du site officiel de la commune:

Denée, petite cité de caractère


LA POMMERAYE, le 16 juin 2017

Le nom de la La Pommeraye fait évidemment penser à « pommeraie », lieu planté de pommes et effectivement ce fruit se trouve en abondance sur le territoire de cette ancienne commune qui, depuis le 1er janvier 2016, est intégrée à un ensemble beaucoup plus vaste, la commune de Mauges-sur-Loire, regroupant au total 11 anciennes communes dont Saint-Florent le Vieil et Montjean.

De l’histoire récente de La Pommeraye, on peut retenir trois dates principales qui ont contribué à la notoriété du bourg, bien au-delà de ses limites territoriales:

  • En 1814, un jeune pommerayenne (c’est ainsi que l’on nomme les habitantes de La Pommeraye), Marie Moreau, fonde la communauté des soeurs de la Providence, essentiellement consacrée aux soins des malades et à l’enseignement. Plus tard, en 1921, suite au legs d’un château, les soeurs créeront un pensionnat de jeunes filles qui deviendra le collège et lycée Saint-Joseph.
  • En 1964, on assiste à la première course de côte, compétition sportive automobile qui a lieu depuis lors chaque année au mois de mai. L’épreuve se déroule sur un parcours d’environ 2,5 km pour un dénivelé de 100 m. Cette année, 110 pilotes participaient à cette course.
  • En 1974, voit le jour un village-vacances, devenu aujourd’hui un complexe touristique niché dans un parc de 7 ha, « Les Jardins de l’Anjou », offrant à la fois hébergement, restauration et salles de réunions.

C’est donc dans cette commune dynamique que se sont retrouvés, ce vendredi, une soixantaine de nos randonneurs pour leur dernière marche de la saison. Sous un soleil de plomb mais supportable en raison d’une petite brise légère venue du nord, ils ont sillonné la campagne bocagère de cette partie des Mauges, certains s’offrant de belles grimpettes aux abords de la vallée très encaissée du Ruisseau des Moulins. Ce petit cours d’eau était autrefois jalonné de 14 moulins dont on peut encore voir les vestiges, parmi lesquels le moulin des Forges, le moulin du Bois Gelé ou le moulin de Bêne, ajoutant au pittoresque de ce magnifique endroit. D’ailleurs, ce ruisseau et les coteaux qui le bordent plaisent aussi aux coureurs à pied qui, depuis plus d’une dizaine d’années, viennent participer à une autre épreuve sportive, le « trail des moulins », une nouvelle course de côte en somme.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Pour agrandir l’image sur votre écran d’ordinateur, faire un clic droit sur la photo puis un clic gauche sur « Afficher l’image ».

Quelques pages à consulter pour en savoir plus sur La Pommeraye:

Site officiel de la Pommeraye

La course de côte de la Pommeraye

Les jardins de l’Anjou


LANGEAIS, le 9 juin 2017

Le château de Langeais est un petit bijou que l’on aurait bien tord de bouder lorsque, au hasard de nos pérégrinations, notre route nous conduit dans ses parages. C’est sans doute la remarque qu’ont dû se faire nos 80 randonneurs qui, ce vendredi, avaient décidé d’amener leur bâton de marche jusqu’en Touraine.

Avec son son vieux donjon construit par le comte d’Anjou Foulques Nerra au tournant des premier et deuxième millénaires puis son « nouveau » château de la fin du XVème siècle, mi-forteresse, mi-résidence Renaissance, édifié par Jean Bourré (celui-là même qui fut bâtisseur et propriétaire du château du Plessis-Bourré près d’Angers), Langeais possède en effet un ensemble architectural tout à fait remarquable. Accompagnés par des guides prévenantes et passionnantes, nos marcheurs ont déambulé à travers les différentes pièces de cette belle demeure, parmi lesquelles la grande salle où fut célébré le mariage du roi de France Charles VIII et d’Anne de Bretagne, évènement qui va sceller le sort de l’ancien duché.

Après un petit tour dans le magnifique parc du château, hérissé d’immenses cèdres et séquoias, nos promeneurs ont rejoint leur car pour aller se restaurer au calme du village de Lignères-en-Touraine, situé à quelques kilomètres de là, au sud de la Loire. Accueillis par les religieuses d’une petite communauté, ils se sont installés dans un bel espace herbeux mis à leur disposition par leurs hôtes et ont dégusté un délicieux et rafraichissant Crémant de Loire offert par l’association. Puis ce fut l’heure du pique-nique, grand moment de détente et de convivialité où chacun, assis autour de tables sorties à la faveur du beau temps, a pu savourer ses sandwiches, ses salades et autres petits plats bien bichonnés.

L’après-midi fut ensuite consacrée aux différentes marches dans la campagne tourangelle, petite balade pour les uns, circuit plus long pour d’autres, certains ayant eu la chance de visiter l’église de Lignières-en-Touraine dont les murs et la voûte sont ornés de fresques médiévales datant du XIIème siècle. La chaleur un peu lourde ayant asséché les gorges, nos randonneurs ont apprécié de pouvoir se désaltérer à la fin de leur parcours avec un peu de Crémant ou de jus d’orange.

La journée s’est conclue paisiblement par un retour des plus agréables, en suivant la levée de la Loire jusqu’à Saumur, à bord du très confortable autocar de la société Baudouin de Chalonnes. En résumé, une journée splendide dont on souhaite qu’elle soit suivie de beaucoup d’autres encore, tout aussi réussies. .

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Pour agrandir l’image sur votre écran d’ordinateur, faire un clic droit sur la photo puis un clic gauche sur « Afficher l’image ».

Quelques pages à consulter pour compléter votre voyage:

Un historique de Langeais

Le château de Langeais

Les peintures murales de l’église de Lignières-en-Touraine

 

 


BRAIN SUR LONGUENEE, le 2 juin 2017

C’est une belle balade en forêt que se sont offerts nos marcheurs ce vendredi, bénéficiant d’un soleil plutôt généreux mais heureusement tempéré par la frondaison des grands arbres du domaine. La forêt de Longuenée couvre près de 600 ha, s’étendant sur quatre communes: Saint-Clément de la Place, la Membrolle, Brain sur Longuenée et la Pouëze, ces deux dernières étant maintenant rassemblées dans la commune nouvelle d’Erdre-en-Anjou qui comprend également Vern d’Anjou et Gené.

Cette forêt est propriété de l’Etat depuis 1963 après avoir appartenu successivement à une famille de la région entre la Révolution et 1953 et aux Houillères de Lorraine. Elle est aujourd’hui gérée par l’Office National des Forêts qui en assure l’entretien et la valorisation. Elle est composée de chênes, de châtaigniers et de différentes espèces de pins. Sa faune est surtout constituée de chevreuils, sangliers, renards, écureuils et lièvres ainsi que certains oiseaux comme la pie, la bécasse et le busard.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Pour agrandir l’image sur votre écran d’ordinateur, faire un clic droit sur la photo puis un clic gauche sur « Afficher l’image ».

Pour en savoir plus sur la forêt de Longuenée, consulter la page suivante:

La forêt de Longuenée